Requiem pour Olivier -
Hommage à Olivier Greif

L'intensité mise à nue

« Je ne compose que pour toucher, pour émouvoir, pour bouleverser, pour élever, pour charrier à terre.»
Voilà le programme d’Olivier Greif, un de nos grands compositeurs français disparu subitement à 50 ans en l'an 2000. Figure fascinante de la musique qui s’est autant nourri du jazz, des musiques mystiques indiennes, du minimalisme et de la grande tradition française, Olivier Greif nous offre une musique qui ne laisse pas indemne et qui résonne en nous longtemps après s’être tue. Il est un jeune prodige tant en composition qu'en tant que pianiste. Il part rapidement du Conservatoire de Paris et se perfectionne à New York auprès du compositeur Luciano Berio et devient son assistant. Ses premières oeuvres sont loin des guerres d'écoles qui étouffent la musique contemporaine européenne. Au fond il est plus proche d'un Chostakovitch que d'un Boulez. Puis il cesse de composer pendant une dizaine d’années pour se consacrer à une “recherche spirituelle” auprès d’un maître indien établi à New York. À partir de 1991, il revient à la musique avec des oeuvres d'un intensité inouïe où sont évoqués des sujets qui ont marqué son enfance : la guerre, le séjour de son père à Auschwitz, la disparition d’une grande partie de sa famille dans les camps.
Au programme : les Chants de l’Âme - considéré comme son chef-d'oeuvre - qui sont un cycle de neuf mélodies pour voix et piano, écrites (à l’exception de la première qui s’appuie sur un texte de William Blake) sur des vers de poètes anglais des XVIème et XVIIème siècles. Il s’agit essentiellement de méditations sur la mort : non point qu’il y ait ici la moindre complaisance morbide, mais plutôt la volonté de montrer la mort comme celle qui, étant l’aboutissement de toute vie, lui donne sens.
La Sonate de Requiem pour violoncelle et piano quant à elle est une autre méditation sur la mort, vue sous trois aspects principaux. En premier, la mort comme perte. Perte de la vie pour celui qui s’en va, perte de l’être cher pour ceux qui restent. En second, la mort comme voyage. L’âme du défunt, quittant peu à peu les « régions terrestres » (dont elle discerne encore les musiques), traverse les plans successifs de conscience qui la séparent de son séjour ultime. Enfin la mort comme contemplation. L’âme, arrivée au terme de son ascension, fait face à sa Source et s’y laisse absorber.
Le titre De profundis a beau ne désigner que le premier mouvement du Trio (pour piano, violon et violoncelle), il donne pourtant sa couleur émotionnelle à l’œuvre tout entière (dont il fut pendant un temps le sous-titre général) : celle d’un absolu désespoir, à peine adouci vers son terme. Pour autant, ce désespoir n’est pas une finalité en soi, mais - à l’instar de ce qui est dit dans le Psaume 130 - un moyen de tendre vers Dieu et de l’atteindre. Aussi noir qu’il soit, ce désespoir est un absolu. À ce sujet, je reprendrais volontiers à mon compte cette phrase d’Albert Camus dans L’Énigme : “Au centre de notre œuvre, fût-elle noire, rayonne un soleil inépuisable”. Citations d'Olivier Greif
Lucie Roques piano Estelle Lefort soprano Pierre Sutra violoncelle Trio des Lumières - Tianren Xie, violon ; Florent Dartinet, violoncelle ; Hugo Philippeau, piano
Une lecture d'extraits du Journal d'Olivier Greif seront effectuées par le poète Pascal Riou.

Artistes

Calendrier

  • Philip Glass - Superspectives - Lyon

    Philip Glass

    Music with Changing Parts

  • Edouard Ferlet - Superspectives - Lyon

    Edouard Ferlet

    Think Bach !

  • Keith Jarrett - Superspectives - Lyon - 19 juin

    The Köln Concert (Keith Jarrett)

    François Mardirossian

  • Parranda La Cruz

    & James Stewart

  • Fête de la Musique !

    Avec l'ENM

  • Ezequiel Castro - Chromosphère - CNSM - Superspectives - Lyon

    Ezequiel Castro & Ensemble Chromosphère

    Scène ouverte au CNSMDL

  • Jasmin Toccata - Superspectives - Lyon - 25 juin

    Jasmin Toccata

    T. Dunford, K. Chemirani, J. Rondeau

  • Metropolis - Actuel Remix - Superspectives

    Metropolis (Fritz Lang)

    by Actuel Remix

  • Olivier Greif - Superspectives - Lyon - 27 juin

    Requiem pour Olivier

    Hommage à Olivier Greif

  • Iiro Rantala - Superspectives - Lyon - 28 juin

    Iiro Rantala

    My Working Class Hero

  • Moondog - Hovhaness - Shaw - Superspectives - Lyon

    Moondog, Hovhaness & Shaw

    Ensemble 0

  • Lubomyr Melnyk

    Continuous Music

  • Maya Dunietz - Superspectives - 3 juillet - les Éthiopiques

    Maya Dunietz joue Emahoy Tsegue Guebrou

    & Sosena Gebre Eyesus (récital begena-voix)

  • Beethoven - Diabelli Variations - Superspectives - Lyon

    Beethoven opus 2020

    Variations Diabelli

  • Penser la musique - Superspectives - Lyon

    Penser la musique

    Littérature et philosophie

  • David Lang - Ensemble Dédalus - Lyon

    David Lang

    Death Speaks

  • Riley & Reich - Superspectives - Lyon

    Riley & Reich

    String Quartets by Tana

  • Chassol - Superspectives- 10 juillet

    Chassol

    Ludi

  • François Mardirossian - Moondog - Superspectives 2020

    Moondog Piano Works

    François Mardirossian

  • L’Apocalypse selon Piero Calamandrei - Superspectives

    L’Apocalypse

    selon Piero Calamandrei